logo de Kienheim
Rechercher  

Accueil > Vivre à Kienheim > Vie associative > ASCSDK > Année 2015 > Soirée jeux du 14 mars 2015

Soirée jeux du 14 mars 2015

Mise à jour : 20 janvier 2016

Source : les Dernières Nouvelles d’Alsace du 16/03/2015 par P.K.

" La bonne humeur était de mise samedi vers 22h30 à la salle polyvalente de l’école où l’association socioculturelle et sportive de Durningen-Kienheim (ASCSDK) organisait sa traditionnelle soirée jeux de cartes et jeux de société – dans le prolongement de la cavalcade du carnaval des enfants qui s’était déroulée l’après-midi.

Autour de la dizaine de tables de jeu, l’animation variait au rythme des parties. La fièvre montait lorsque la manche touchait à sa fin, les mines affichées trahissaient l’imminence du verdict. Les uns laissaient éclater la joie des vainqueurs, les autres quelques jurons étouffés trahissant la partie perdue. Mais le fair-play était omniprésent. « Ici on ne triche pas, même si personne n’aime perdre » expliquait Sandrine qui, avec sa fille Charlotte (9 ans) se mesurait à Camille (10 ans) et sa maman Florence sous e regard attentif de Diana dans une partie de triominos (dominos à trois faces) assez agitée. « J’ai tout fait pour ne pas perdre… et à la fin c’est toujours maman qui gagne ! » enrageait Camille.

Au fond de la salle, un groupe d’adolescents – trois filles et autant de garçons – jouaient au Kems. « On joue par équipe de deux ; le jeu consiste à avoir quatre cartes identiques puis à faire un signe au partenaire qui annonce alors “Kems !”, et la partie est gagnée » a expliqué Marion. Deux tables plus loin, Marie-Thérèse affrontait ses collègues du cercle de jeu qu’elle anime depuis plus d’un demi-siècle. « Elle est experte à la belote et au tarot » disent d’elle les joueurs.

La présidente Estelle Foucher savourait la réussite de la manifestation : « C’est un moment de rencontre pour les habitants des deux villages et l’occasion de faire connaissance. Mais nous avons également des habitués qui ne rechignent pas à s’affronter jusque vers minuit » a-t-elle confié avant de dévoiler la recette du succès : « On vient avec ses jeux, on joue à la bonne franquette avec le c½ur sur la main. » Pas compliqué. Et cela fonctionne ainsi sans anicroche depuis quatre ans à raison d’une soirée par trimestre. Avec, en prime, gâteau, café et boissons. "