logo de Kienheim
Rechercher  

Accueil > Vivre à Kienheim > Vie associative > ASCSDK > Année 2015 > Une fête du 1er mai 2015 sous la pluie

Une fête du 1er mai 2015 sous la pluie

Mise à jour : 20 janvier 2016

Source : les Dernières Nouvelles d’Alsace du 7 mai 2015 par P.K.

" La fête de la tarte flambée bichonnée depuis une trentaine d’années par l’ASCSDK (association socioculturelle et sportive de Durningen-Kienheim) et le 1er marché du terroir organisé par la commune ont décidé le 1er mai de se mettre en ménage.

Bien sûr, le brin de muguet proposé au stand des scouts a attendu en vain toute la journée un brin de soleil. Bien sûr, la rue de l’Église où se tenait le marché a été copieusement arrosée tout au long de la journée. Mais les produits des artisans de la commune et des environs ont tenu la vedette lorsque les nuées éparses de parapluies sont venues s’agglutiner autour de la dizaine d’étals.

L’horticulteur proposait plantes et fleurs, le viticulteur son précieux breuvage, les parents d’élèves gaufres et crêpes. L’association Damien Handicap vendait des créations originales tandis que les élus locaux tenaient un stand de miel et de jus de fruits.

Côté fête de la tarte flambée, la présidente, Estelle Foucher et sa garde rapprochée avaient mis les petits plats dans les grands comme à l’habitude, dans la cour de la ferme Knab où était dressé un chapiteau.

Et à Kienheim, qu’il pleuve ou qu’il vente, quand vient midi, les estomacs exigent pitance. D’autant que l’odeur qui embaumait les lieux n’incitait guère à la résistance. Le chapiteau a donc connu la belle affluence et près de 350 tartes flambées sont venues calmer les appétits sous le regard ébahi de Léna, jeune veau né cinq jours auparavant et que les enfants ont élevé au grade de star incontestée. Sous l’½il bienveillant d’Alain le fermier.

L’après-midi, le soleil n’est pas venu encourager les intrépides visiteurs qui déambulaient dans la rue équipés d’imperméables et de parapluies. Mais les 320 tartes flambées constituant le bataillon mis en pâture le soir ont réconforté tous ceux qui ont apprécié de s’asseoir sous le chapiteau. Pour Estelle Foucher, « le plus important, c’est que le soleil soit dans nos c½urs ! ». Et de ce côté-là, il n’y avait pas photo. Tant pis pour la pluie. "

et dans l’Ami Hebdo n°19 :